"NOUS SOMMES LES PETITES FILLES DES SORCIÈRES

QUE VOUS N'AVEZ PAS PU BRÛLER."

UNE CRÉATION 

LU² x DANSE EN SEINE

Plongez dans un parcours initiatique, chorégraphique et labyrinthique interprété par les danseur.se.s de la compagnie Danse en Seine et imaginé par Lucile Rimbert, de la compagnie lu².

 

La chasse aux sorcières se réinvente constamment. Aujourd'hui, à quoi ressemblent nos sorcières ? Pour quels actes auraient-elles été condamnées ?

 

Aux alentours et dans la MPAA/Broussais, le(a) spectacteur(trice) est guidé(e) dans un parcours merveilleux jalonné d'entresorts et constellé de portraits.

LES DATES

 

15 OCTOBRE 2017 / 15h.17h.19h

MPAA Broussai

Création

3 FÉVRIER 2019 / 15h.17h.19h

MPAA Broussai

Reprise dans le cadre des 10 ans de la MPAA

Festival "Les Remontantes"

GÉNÉRIQUE

- MISE EN SCÈNE & DIRECTION ARTISTIQUE -

LUCILE RIMBERT

- INTERPRÈTES -

DANSE EN SEINE

*

- "Les Apaches" [Guides]-

2017 / CHLOÉ DUVIER - VALENTINE MALAN

LUCIE PALAZOT - EMMANUELLE SIMON

2019 / CHLOÉ DUVIER - ELSA LYCZKO

CASSANDRE MÉNAGE - GUSTAVE PARIENTE

- "Mère-Fille" / "Démaquillée" [Extérieur / WC] -

2017 / LOUIS CHAUVEAU -- 2019 / EVA COLPACCI

 

- "Symptômes" / "Ogresse" [Cuisine] -

2017 / ELODIE REBOURSIÈRE -- 2019 / SOPHIE ROMANET

- "Insoumises" / "Tu m'auras pas" [Hall] -

2017 / ÉMILIE CHABOUD - ANNE NICOLE - AGNÈS VILMER

2019 / LEÏLA BOUHDIDA - DORIANE FOIX

- "Insomnie" [Réserve] -

2017 / LUCIE MARIOTTO -- 2019 / CLARA SCHWARZ

- "L'Autre goulûment" [Studio de danse] -

2017 / CAMILLE AUREILLAN - MARIE BIAGGI

2019 / LORENA BIANCO - LUCIE MARIOTTO

- "Voir rouge" / "Conjuration" [Couloir] -

2017 / MAGDALENA BUKOWIEC -- 2019 / NATAN HOUDRÉ

- "Magie noire" / "Iconique" [Vestiaire] -

2017 & 2019 / ANDRIAN MANDRANTOHASINA

- "Rincer" [Douche des loges] -

2017 & 2019 / PAULINE MARBOT

LE PROPOS - extraits de la note d'intention de Lucile Rimbert

Aujourd’hui, à quoi ressemblent nos sorcières modernes? Pour quels actes aurions nous été condamnées ? Où se situent nos cris de liberté?

 

Les sorcières modernes sont – de mon point de vue - nos muses. Elles prônent la libération et l’égalité.
Elles métamorphosent leurs corps avec sensualité et monstruosité. Elles surprennent par leur puissance créative. Elles récusent les discours de victimisation et persistent, pugnaces, dans leur engagement militant.
Face au climat délétère actuel, tant dans la sinistrose, les discours extrémistes que les actes liberticides, je souhaite mettre en lumière des portraits liés à l’émancipation des femmes.

«Nous sommes les petites filles des sorcières que vous n’avez pas pu brûler» brosse une constellation de portraits de femmes de caractère. Il s’agit de convoquer et d’invoquer avec et pour les interprètes de Danse en Seine différents tableaux, traversant différents espaces de la MPAA. 

Souvenir-vidéo² - Février 2019. Images Hugo Serraz pour lu²

ZOOM SUR L'ENTRESORT "RINCER" - de Pauline Marbot

>>> Un solo dans les douches de la MPAA, entre gouttelettes d'eau et lumière noire

La sorcellerie concerne également la métamorphose des corps. Dans l'espace douche des loges, le solo "RINCER" propose ici une métamorphose visuelle du corps et un rapport sensuel. Donner à voir son corps revient à donner à voir sa fragilité, son humanité.

La salle de bain est le lieu de l'intimité, du rapport à soi, à son corps, à son image. On peut prendre soin de soi; comme se détester et se haïr. Combien de fois n'a-t-on pas vu et entendu "sois belle", "sois plus mince", "sois plus svelte", "sois ainsi, mais pas trop".

 

Face à son miroir, dans une pénombre bleutée, Pauline s'observe et donne à voir son corps, tel qu'il est. Alors qu'elle lutte avec elle-même pour rentrer dans la douche, une lumière noire révèle des inscriptions cachées écrites sur les parois : ventre, hanche, fesses, seins, lèvres... mais aussi : too tall, too small, too big, too fat, too thin, to old... jusqu'à ce "REGARDE-TOI".

 

Et soudain sa peau s'illumine de couleurs fluorescentes, telle une peau de serpent tachetée de lumière. Parce qu'être une femme passe aussi par le corps. Un corps pas toujours en accord avec les injonctions sociétales et les fantasmes des mensurations parfaites.

Alors vous, dites-moi comment être une femme aujourd'hui ?

ZOOM SUR LE TABLEAU FINAL :

"VOUS, DITES-MOI COMMENT ÊTRE UNE FEMME EN 2019 ?"

Boucler la problématique que pose la figure de la sorcière. Elle est toujours tuée pour l'exemple. Pourquoi ? Tension entre pouvoir et volonté de faire disparaître autonomie des masses, les velléités d'indépendances.

Tel un cri du cœur, la sorcière moderne s'incarne dans la figure d'une femme publique dénonçant autant les injustices que prônant la solidarité. Le texte reprend différentes figures de sorcières aperçu.e.s durant le parcours. Durant la scène, le collectif joue le rôle du choeur, en kaléidoscope de la parole déclamée.

Cette fois-ci, ce sont les interprètes qui sont assis sur les banquettes du théâtre, et les spectateurs qui se tiennent sur la scène. Dans une pénombre qui s'efface progressivement, Pauline prend le micro pour invoquer les mots d'Eve Ensler, pendant les interprètes écoutent d'une oreille distraite, mangent du pop-corn, et finissent avachi.e.s.

  • Facebook
  • Instagram
  • YouTube
  • Twitter

©La Compagnie du Fil Noir, 2017 MàJ 2019 / Conception : Pauline Marbot